Une personne honnête, c’est une personne qui ne profère pas de mensonges, qui ne dit pas des demi-vérités, qui ne triche pas et qui ne vole pas[1]. Ses paroles reflètent la réalité telle qu’elle la conçoit. L’honnêteté est surtout importante quand quelqu’un se trouve devant le choix d’admettre ses manquements ou de s’en disculper et blâmer quelqu’un d’autre. Une personne honnête accepte l’entière responsabilité de ses actes. Elle ne connait pas une vie de duplicité.  Elle reconnait ses fautes sans hésitations, ce qu’elle dit et ce qu’elle croit sont la même chose. Sa parole est sûre, sa promesse est  véridique.

 

 

 

Un étranger qui vit au Burundi depuis plus de 20 ans me disait que le plus grand problème qu’il a est qu’il a peur de faire confiance aux Burundais. Cette peur résulte des nombreux cas de personnes qui lui ont dit quelque chose, juste pour lui soutirer de l’argent. Quand il se rendait compte que les propos n’avaient rien de vrai, c’était trop tard. Pour avoir pris tout ce que les gens lui disaient comme vrai, il s’est fait dépouiller à plusieurs reprises. Aujourd’hui, il a développé un mécanisme de protection. Quand une personne l’approche, les alarmes commencent à sonner dans sa tête. Des gens malhonnêtes, voilà l’image qu’il a de nous ! Je ne dirai pas que nous sommes tous malhonnêtes, mais je crois que le degré de malhonnêteté que nous connaissons est suffisamment élevé pour impacter notre pays négativement. Nous allons suivre le parcours de ce vice, avant de revenir sur le besoin de cultiver l’honnêteté.

 

 

 

Pour beaucoup de nos concitoyens, la vérité est relative. Ils n’hésitent pas de mentir quand cela peut les aider à éviter les conséquences de leurs actes. Quand un enfant commet une bavure et qu’on l’interpelle, beaucoup réagissent spontanément par une question curieuse – wamfashe / wambonye ? Implicitement, il ne reconnaitra son acte que si un témoin oculaire peut prouver qu’il l’a fait. Devenu adulte, il fera des sarments sur sa maman et sa fille et invoquera le nom de Dieu au tribunal pour convaincre le jury qu’il n’a jamais fait ce dont on l’accuse, alors qu’au fond, il sait très bien que c’est lui l’auteur du crime.

 

 

 

Le même enfant, devenu politicien, mentira aux électeurs en déformant la vérité à son avantage et en donnant des promesses vides qu’il n’accomplira jamais ! Et au lieu de porter la responsabilité pour ses échecs, il blâmera le vent, le soleil, les conquistadors ou le diable. Et si quelqu’un d’avisé refuse de croire à ses mensonges et qu’il expose les manquements de notre cher politicien, il sera perçu comme « le problème », sera étiqueté d’ennemi du pays et s’attirera la colère des foudres de tous les cieux. S’il arrive qu’un tel enfant devienne un agriculteur, il sera en perpétuel conflit avec ses voisins en grignotant de petites portions de terre chez eux pour élargir sa propriété, et il ne reconnaitra jamais ses agissements. Enfin, des fois, cet enfant devient un homme ou une femme d’affaires. Dans ce cas, il ne fait jamais une déclaration honnête de ses revenus à l’office des recettes. En fait, il peut tout simplement cacher ses affaires aux services de l’OBR et échapper totalement à ses responsabilités fiscales. S’il en a les moyens, il mélangera ses affaires avec une œuvre qualitative pour avoir droit à une exonération. Voilà comment la malhonnêteté tue une nation.

 

 

 

Un peuple honnête respecte la loi et a l’état de droit comme valeur nationale. Les gens se soumettent à la loi volontairement, dénoncent facilement et rapidement ceux qui ne le font pas, ce qui facilite le travail des institutions qui surveillent l’application de la loi. Le respect de la loi par la majorité des citoyens fait une société paisible (car la loi est conçue pour restreindre le mal dans la société). Mais dans une nation de malhonnêtes, les gens cherchent toujours à contourner la loi. Je suis toujours étonné par l’ingéniosité dont certains élèves font preuves, le temps et les énergies qu’ils utilisent pour parvenir à bien tricher aux examens, au lieu d’investir cette créativité, ce temps et cette énergie dans la préparation honnête de l’examen.

 

 

 

Dans une société rongée par la malhonnêteté, les dirigeants font de la violation impunie de la loi un un problème structurel. Ils créent une culture de violation de la loi qui n’est jamais suivie par des poursuites judiciaires. Avec cette culture d’impunité, le respect de la loi devient relatif et non une exigence pout tous, réservé seulement aux faibles. En fait, l’institution de la justice devient le siège de l’injustice en sanctionnant les petits criminels alors que les véritables criminels sont exaltés. Or, sans une culture plus ou moins générale de respect de la loi, aucune nation ne peut se développer. Elle devra faire face à l’injustice structurelle, se remplir de frustration  et, des fois, frôler le chaos.

 

 

 

Une nation honnête a moins de conflits, et ceux qu’elle a se résolvent rapidement et pacifiquement car les gens reconnaissent leurs mauvaises actions et s’en excusent honnêtement. Les procédures judiciaires sont très rapides car la reconnaissance de la responsabilité dans le crime en abrège la longueur. C’est une nation qui fait moins recours à la violence légale car elle n’est pas nécessaire souvent. Les mésententes sont traitées avec honnêteté, celui qui a tort reconnait son erreur, et la vie continue sans heurts. Toutes ces crises qui ont emporté des centaines de milliers de nos concitoyens auraient été résolues sans effusion de sang, si nos leaders avaient fait preuve d’honnêteté. Quelqu’un a violé la loi, il a refusé de reconnaître l’illégalité de ses actes, la violence s’est invitée et ce qui est arrivé est arrivé. Le drame que nous vivons, c’est le recours excessif et trop facile à la violence et les pertes que nous en récoltons. D’abord, nous achetons des armes chères (alors que nous sommes pauvres), et ces armes servent à tuer nos concitoyens - ceux-là même que Dieu nous avait donnés pour bâtir notre paye. Et avec tout ça, nous nous étonnons d’être pauvres !

 

 

 

La pourriture morale détruit une nation. Et si nous voulons vraiment un pays de paix, de prospérité et de stabilité (comme certains de nos textes le disent et comme nos politiciens nous l’affirment), nous devons commencer par la réparation de la défectueuse fondation. Nous devons apprendre à être honnêtes dans notre vie de tous les jours, dans nos rapports avec les autres. Il n’y a pas de développement ni de paix véritable sans bonne gouvernance, et il n’y a pas de bonne gouvernance sans honnêteté.

 

 

 

Cet effort de bâtir une société d’honnêteté nous concerne tous. Chacun d’entre nous a le pouvoir de développer une culture d’honnêteté, ou de l’améliorer. Il suffit de prendre un engagement de faire de l’honnêteté le fondement de notre vie, et de payer le prix de cet engagement. Nous ne pouvons pas faire venir les étoiles, mais nous pouvons devenir de meilleurs citoyens, et c’est le plus beau cadeau que nous pouvons donner à notre peuple. L’élève et l’étudiant doivent travailler honnêtement pour que leur note reflète leurs connaissances. Le fonctionnaire doit travailler toutes les heures convenues et servir son pays honnêtement. Le conjoint doit entretenir une relation de vérité et de transparence avec son partenaire. Le commerçant doit traiter ses clients avec honnêteté et payer les taxes et les impôts honnêtement. Le politicien doit éviter le mensonge et l’hypocrisie et faire la politique avec honnêteté. C’est uniquement à ce prix que nous pourrons réduire le pays que nous voulons et celui que nous vivons aujourd’hui.

 

 

 

Greenland Alliance (asbl), par le truchement du mouvement « Ndakunda Uburundi », prône un leadership fondé sur des valeurs universelles. Les articles que nous vous partageons sont conçus dans la logique de la promotion de ce leadership moral (ethical leadership) dans toutes les sphères de notre société. En lisant ce genre de publications en les partageant avec les autres, vous contribuez à l’avancement de cette noble cause.  Bientôt, un manuel de développement personnel, avec un accent particulier sur les valeurs morales et l’implication pratique dans la résolution des problèmes communautaires sera disponible. Le train est en marche…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                           

 



[1] Honesty – Personal development manual